FNE LR s’oppose au projet de la société ARKOLIA Energies, qui menace d’artificialiser 400 ha sur la commune du Cros (Larzac) au nom de la transition énergétique. Pour être réellement écologiques, les projets d’énergies renouvelables ne doivent en aucun cas aggraver l’artificialisation des espaces naturels et agricoles, d’autant plus lorsqu’ils abritent une biodiversité remarquable. Le potentiel de développement du photovoltaïque sur des sites déjà artificialisés ou dégradés étant plus élevé que les objectifs à atteindre, concilier la transition énergétique et les autres objectifs de la transition écologique est possible, mais demande de sortir des logiques financières à courte vue.

SOLARZAC : Non aux parcs photovoltaïques géants en milieux naturels et agricoles

FNE LR s’oppose au projet de la société ARKOLIA Energies, qui menace d’artificialiser 400 ha sur la commune du Cros (Larzac) au nom de la transition énergétique. Pour être réellement écologiques, les projets d’énergies renouvelables ne doivent en aucun cas aggraver l’artificialisation des espaces naturels et agricoles, d’autant plus lorsqu’ils abritent une biodiversité remarquable.

Le potentiel de développement du photovoltaïque sur des sites déjà artificialisés ou dégradés étant plus élevé que les objectifs à atteindre, concilier la transition énergétique et les autres objectifs de la transition écologique est possible, mais demande de sortir des logiques financières à courte vue.

Gardarem lo larzac

La société Arkolia Energies porte un projet industriel photovoltaïque et de méthanation, qui vise à produire du méthane à partir d’eau, de CO2 et d’électricité. Ce projet de très grande envergure impacterait de manière catastrophique un haut-lieu de la convergence des luttes, terreau de l’altermondialisme. Le secteur concerné présente un paysage agro-pastoral particulièrement préservé et une biodiversité remarquable, dont les Aigles royaux.

Une concertation qui démarre sur de mauvaises bases

La société a démarché les autorités locales et régionales dans une totale opacité depuis janvier 2018, en affichant sans autorisation les logos de la LPO et d’ENERCOOP. Elle revendiquait également le soutien de la communauté de commune du Lodévois-Larzac qui n’a en réalité jamais délibéré sur ce projet.

La concertation publique officielle débute actuellement sous la responsabilité d’un garant nommé par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP).

Ce mardi 16 avril ARKOLIA organise une conférence de presse pour promouvoir son projet sur le site de Calmels.

Nous regrettons que le garant ait décidé d’organiser au même moment et au même endroit une conférence de presse pour décrire le déroulement de la concertation. En effet, une telle conférence de presse conjointe, qui n’est pas ouverte au public, ne peut que troubler le processus de concertation à venir.

Quand la rentabilité financière prend le pas sur tout le reste

L’ADEME estime à 53 GW le potentiel de développement photovoltaïque sur sites artificialisés ou dégradés, or les objectifs officiels pour la transition énergétique sont de 40 à 50 GW. Il est donc injustifiable, au nom de la transition énergétique, d’artificialiser des territoires jusqu’ici préservés, et d’accentuer la pression sur une biodiversité liée à des usages respectueux de la nature.

Développer les ENR est nécessaire, mais le faire n’importe où, n’importe comment, avec une vision politique uniquement quantitative, sans précaution par rapport à la biodiversité qui traverse une crise sans précédent, relève de l’aveuglement.

Nous regrettons fortement que la réponse de Carole DELGA à notre sollicitation montre une totale absence de partage de nos préoccupations et soit conclue par des propos aussi révélateurs : « l’opération SOLARZAC […] devra veiller à concilier les différents enjeux du développement durable, et être acceptée par les acteurs locaux. »

Pour Simon POPY président de FNE LR : « Le 6 avril, j’ai alerté François de Rugy sur les logiques purement financières à l’oeuvre chez les producteurs d’ENR, de plus en plus gros et hors sol, qui vont à l’encontre de l’objectif de stopper l’artificialisation et l’érosion de la biodiversité, alors que nous avons déjà toutes les surfaces nécessaires. Le ministre m’a répondu – devant l’Assemblée Générale du mouvement FNE – que ces projets géants ne sont pas à ce jour autorisés et que la doctrine du ministère est claire : pas de photovoltaïque en milieux naturels et agricoles. La présidente de la Région Occitanie serait bien inspirée d’avoir un positionnement similaire sur la préservation des espaces naturels et agricoles, plutôt que de se retrancher derrière l’avis de quelques élus locaux. »


Contacts presse :

– Simon POPY, président de FNE LR : 06 96 73 63

– Alain RAVAYROL, administrateur de FNE LR : 06 81 59 49 47

Voir le communiqué de presse en pdf

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.