Pollution de l’air

Un capteur à particules pour organiser sa propre campagne de mesures

En 2022, FNE LR a fait l’acquisition d’un capteur à particules de grande qualité : le capteur AEROTRACK 9306.

Notre fédération nationale dispose de ce même capteur depuis 2015 : il a permis de réaliser de nombreuses campagnes de mesures au sein du mouvement FNE.

Les résultats de ces campagnes, bien qu’à seules fins de sensibilisation, se révèlent très parlant. Ils nous permettent d’alerter la population et les pouvoirs publics et sont un atout précieux pour demander que des mesures officielles et normées soient effectuées.

Ainsi, en disposant de mesures les plus fiables possibles, nos associations possèdent un bon moyen pour interpeller sur ce sujet de pollution atmosphérique et de santé publique.

Deux campagnes de mesures à Sète en 2019

Voir la vidéo de restitution : “L’air de Sète est-il pollué par les navires ?” (5min38)

Première campagne de mesures de janvier à mars 2019

Mesures de particules fines (0,3μm à 25μm) réalisée par Mohand Acherar, bénévole FNE LR. 
En tout, 317 mesures réalisées sur 21 jours à plusieurs endroits de Sète avec la capteur Aerotrack 9306. L’une des caractéristiques de Sète est que le port dans la ville. Il y a donc de gros enjeux sanitaires du fait de la proximité des habitations. Les résultats sont significatifs et très parlants : on constate des pics de pollution à chaque fois qu’un ou plusieurs bateaux sont présents.

Voir les résultats de cette campagne de mesure

Deuxième campagne de mesures en juillet 2019

Mesures de particules ultra-fines (entre 0,3 et 0,1 microgrammes) réalisée par Charlotte Lepitre, de FNE national.
Faites 18/07/19 avec le capteur à particules P-Track. Ces mesures ont révélées un air quasiment 100 fois plus chargé en particules ultrafines que dans la zone piétonne prise comme référence.

Résultats de cette campagne de mesure et éléments de contexte de FNE

Une conférence de presse en juillet 2019

Une conférence de presse a été organisée pour relayer les résultats de ces campagnes mais également pour que nous puissions exprimer nos demandes à savoir :
 – que soit instauré le dialogue entre associations et Région (gestionnaire du port), ville de Sète et port de Sète pour réfléchir aux aménagements possibles et à la politique portuaire pour limiter l’exposition de la population ;
 – qu’une position soit prise en faveur d’une zone ECA (Emission Control Area) sur la mer méditerranée ;
– qu’ATMO Occitanie réalise des mesures de l’impact des navires sur la ville de Sète en y associant les associations.

Les résultats obtenus

Suite à nos campagnes de mesures et à notre communication pour interpeller le public et les pouvoirs publics, des actions ont concrètes ont pu voir le jour :

– Depuis janvier 2021, partenariat entre ATMO Occitanie et le Port de Sète. Partenariat sur 3 ans pour améliorer la connaissance des effets des activités du port de Sète sur la qualité de l’air. 

– Mise en place d’une borne électrique pour Yatch

– Projet d’électrification du port de Sète

– Application de la réglementation de zone à faible émission (zone ECA) avec fuel léger ou scrubber.

Une campagne de mesures à Port-Vendres en 2017

 cf. la page “pollution atmosphérique des navires : succès de la conférence FNE à Port Vendres”

Sensibiliser n’est pas surveiller

France Nature Environnement sensibilise le public sur la question de la qualité de l’air, en mettant en valeur l’importance d’une réglementation plus stricte à la fois dans sa mise en œuvre et dans son élaboration. Il n’entre pas dans sa mission de surveiller les niveaux réglementaires de polluants dans l’air.
FNE  ne doit pas prétendre à pas faire le travail des associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) telles que ATMO Occitanie.